Le quartier de la recherche

PariSanté Campus s’appuie sur des instituts de recherches, dans les sciences quantitatives de la vie avec Q-Bio, dans l’intelligence artificielle avec l’Institut PRAIRIE, dans le dialogue entre physique et médecine avec l’Institut de technologies avancées pour la santé, et en sciences humaines avec l’Institut Santé Numérique en Société (ISNS).

QBio

QBio a pour ambition de se placer à l’avant-garde des changements en cours dans les sciences de la vie, tant dans leur questionnement que dans leur méthodologie.

Q-Bio est un centre de recherche et de formation transdisciplinaire en sciences de la vie quantitatives porté par l’Ecole normale supérieure-PSL en relation étroite avec les autres instituts de PariSanté Campus et l’écosystème de l’Université PSL. La principale activité de QBio est la recherche fondamentale, mais le centre a un fort potentiel translationnel, d’application et d’innovation en biomédecine, avec la découverte et le développement de nouvelles méthodes d’interrogation et de manipulation du vivant, d’analyse de grandes bases de données, de nouvelles techniques expérimentales et d’approches aux systèmes complexes. Cette recherche nourrit une offre de formation conçue pour attirer et former les meilleurs étudiants français et internationaux, tout en garantissant une ouverture sur la biologie moderne à ceux issus d’autres disciplines scientifiques comme la physique, la chimie, l’informatique et les mathématiques.

Les étudiants sont invités à utiliser le QLab (Fablab de biologie quantitative) afin de développer leurs projets. L’objectif est de mettre en place un espace dédié, comme une passerelle entre recherche et formation, un lieu d’expérimentations, de collaborations scientifiques et techniques entre ingénieurs, chercheurs et étudiants où sont partagés les équipements, les compétences et les savoirs.Q-Bio est dirigé par Massimo Vergassola, qui travaille à l’interface de la physique et de la biologie et a développé une initiative similaire à l’Université de Californie.

« La participation à PariSanté Campus est une étape clé du développement de QBio, Les études du vivant seront ainsi couplées aux méthodes numériques et théoriques de pointe que cet environnement permettra de concentrer et d’attirer. Les étudiants et les acteurs de la recherche pourront bénéficier de cet environnement unique pour renforcer la place française et européenne dans un domaine clé pour la science comme pour la santé publique. » Massimo Vergassola, directeur de QBio

Prairie

PR[AI]RIE, un institut de recherche et formation labellisé 3IA, au service de la santé numérique

Institut de référence internationale en intelligence artificielle dont PSL est membre fondateur, PR[AI]RIE (PaRis Artificial Intelligence Research InstitutE) réunit 15 chaires de recherche et des formations au sein de PariSanté Campus.

Centre de recherche, de formation et d’innovation, PR[AI]RIE a été fondé en 2019 par Inria, l’Université PSL, le CNRS, l’Institut Pasteur et l’Université Paris-Cité, ainsi que plusieurs entreprises. Grâce à son large éventail de disciplines, allant des sciences dures aux sciences humaines, PR[AI]RIE pourra à la fois contribuer à des avancées significatives en IA, résoudre des problèmes concrets et former des chercheurs comme des entrepreneurs. Lauréat de l’Appel à projets 3IA lancé dans le cadre des Investissements d’Avenir, PR[AI]RIE travaille en lien étroit avec les laboratoires universitaires les plus renommés dans le monde.

Les chaires PSL de PR[AI]RIE et leurs porteurs, présentes à PariSanté Campus Chairs

2 chaires Curie : Emmanuel Barillot, Andrei Zynovyev

2 chaires Mines Paris-PSL : Chloe-Agathe Azencott, Thomas Walter

5 chaires ENS-PSL : Giulio Biroli, Emmanuel Dupoux, Stéphane Mallat, Thierry Poibeau, Pierre Senellart

L’Institut Santé Numérique en Société (ISNS)

Institut Santé Numérique en Société (ISNS). Faire dialoguer Sciences humaines et santé numérique.

La santé numérique est un phénomène social. L’Institut Santé Numérique en Société de PariSanté Campus explore et participe à résoudre les enjeux éthiques, sociologiques, économiques, politiques et juridiques de ces transformations.

Si la santé numérique progresse aujourd’hui à grands pas, à l’articulation entre les disciplines médicales et informatiques, les innovations qui en découlent sont déterminées par des contraintes sociales et soulèvent de très importantes questions relevant des sciences humaines comme l’éthique, la sociologie, l’économie, l’anthropologie, la science politique, le droit et l’histoire. Tel est le domaine d’expertise de l’Institut Santé Numérique en Société (ISNS), centre interdisciplinaire de recherche et de formation, mais aussi d’intermédiation avec les avec les acteurs extérieurs à PariSanté Campus.

L’institut articule ses recherches autour de 4 axes :

Data et quantification : infrastructure des données, construction et usages de la quantification dans la production de connaissance. Sécurité et anonymat.

Politique : One Health, souveraineté, globalisme, participation citoyenne et des usagers, démocratie en santé. Structures des systèmes de santé publique nationaux dans un monde numérique globalisé ; prise en compte de la démocratie en santé ; gouvernement du vivant et des zoonoses.

Valeur : innovation, valorisation, marchés, entreprises, service public, répartition équitable de la valeur économique.

Professions : la santé numérique rapproche deux cultures professionnelles différentes, les médecins et les informaticiens, qu’il faut accorder. Thèmes abordés : travail, emploi, nouveaux métiers du numérique en santé, biostatisticiens, nouveaux statuts professionnels.

Ces questions de recherche seront travaillées au sein même de PariSanté Campus pour le bénéfice maximal de tous ses acteurs. Symétriquement, l’ISNS déploiera d’importants efforts pour rendre les travaux menés sur le site de PariSanté Campus accessibles aux laboratoires de SHS nationaux. Il s’adressera également au grand public, qui est concerné et affecté par ces modifications. Enfin, des enseignements à l’interface de la Médecine et des Humanités y seront dispensés, à l’image en particulier du parcours éponyme de l’Ecole Normale Supérieure – PSL et du séminaire Santé et Big data associé à l’EHESS.

L’ISNS est co-dirigé par Emmanuel Didier, sociologue, (directeur de recherche CNRS/ENS – PSL et professeur attaché à PSL) et Florence Jusot, économiste (Professeur, Dauphine – PSL), tous deux membres du Conseil consultatif national d’éthique. Il s’appuie sur un large consortium interdisciplinaire représentant de nombreuses institutions de PSL, sur plusieurs réseaux internationaux de pointe (SHARE, l’enquête longitudinale sur la santé et le vieillissement en Europe, a Society for the Social Study of Quantification).

“L’objectif de l’Institut Santé Numérique et Société est de comprendre et de résoudre les tensions sociales et humaines en jeu dans le développement de la santé numérique. Il n’y a pas de meilleur observatoire que PariSanté Campus, qui l’héberge, car il constitue le lieu exact où toutes ces forces se rencontrent. ” Emmanuel Didier, directeur de l’Institut Santé Numérique et Société

Plusieurs de ses membres sont impliqués dans des projets d’envergure autour des données de santé. Ainsi Mathilde Godard, économiste, porte l’ANR JCJC RecessionsHealth, et Quentin Dufour, sociologue, est titulaire de la Chaire Île de France SHS 2021

Physics for Medicine Paris

L’Institut Physics for Medicine Paris : l’imagerie médicale au service de la santé

Reconnu pour sa recherche de pointe aux interfaces entre physique, mathématiques, biologie et médecine, l’Institut Physics for Medicine Paris bénéficiera des nombreuses interactions entre les thématiques des différents instituts de PariSanté Campus.

L’Institut Physics for Medicine Paris s’appuie sur l’innovation en physique pour créer les outils de la médecine de demain : systèmes d’imagerie et de thérapie, capteurs intelligents en e-santé, etc. Ces outils repoussent les limites de la connaissance médicale et transforment la prise en charge des patients dans tous les champs de la médecine, du cancer aux pathologies cardiovasculaires et cérébrales, pour soigner, par exemple, les valves cardiaques sans chirurgie ou encore détecter de façon précoce la neuro-dégénération. Les chercheurs de l’Institut, reconnus dans le monde entier, y travaillent depuis plus de 20 ans, en lien avec des médecins, mathématiciens, informaticiens et biologistes.

HeKa

HeKa – Recherche en santé numérique pour un système de santé apprenant

L’équipe de recherche HeKa développe des méthodes, modèles et outils innovants pour l’analyse des données de patients complexes (multi-dimensionnelles, multi-sources, réelles ou synthétiques) afin de comprendre leur trajectoire de soin.

Fort de cette compréhension, l’objectif de ces travaux de recherche est de proposer de nouvelles méthodologies pour les essais cliniques du futur et d’aider les prises de décisions médicales sur les plans thérapeutique, diagnostique ou pronostique.

Equipe-projet commune à Inria, Inserm et Université de Paris Cité, HeKA se positionne à la croisée des domaines que sont l’informatique médicale, les biostatistiques et les mathématiques appliquées.